Mes publications

Archives de la catégorie ‘L’Ardèche en Vidéo HD’

Castors en Ardèche

Le castor ardéchois vit le long de certains cours d’eau et des ruisseaux où les berges sont plantées d’arbres et d’arbustes feuillus. Au début du XXe siècle, il ne restait en Europe que très peu de castors car sa fourrure était recherchée et sa chair réputée goûteuse. Les peaux de castor servaient à la fabrication de chapeaux.

Depuis 1979, le castor est une espèce protégée au niveau Européen. Grâce aux efforts de conservation, l’espèce renaît progressivement.

Le castor est l’un des plus gros rongeurs du monde. Un adulte pèse en moyenne de 15 à 30 kg. La longueur de l’animal, y compris sa queue de 30cm, peut dépasser 1 mètre. Les castors vivent 7 à 8 ans en moyenne, 15 à 20 ans au maximum. Le jeune castor ici filmé en Ardèche n’a pas encore atteint ces dimensions. Ses mœurs sont nocturnes, il est principalement actif en début et fin de nuit. Il consacre environ les 2/3 de son activité nocturne au milieu aquatique : déplacement, consommation de végétaux et 1/3 de celle-ci sur le sol : recherche de nourriture, abattage d’arbustes, toilettage, marquage du territoire. Trapu, court sur pattes, le castor se meut lentement et maladroitement sur la terre ferme. Craintif, effrayé il se sauve très vite car il y est habituellement en danger. Ses principaux ennemis en Ardèche sont les chiens (notamment au moment de la chasse qui dure presque toute l’année) les pécheurs et les vacanciers qui le dérangent sans arrêt. Dans l’eau, cependant, il est un nageur gracieux et un excellent plongeur.

Le castor est bien adapté à son habitat aquatique. Durant la nage, une fine pellicule transparente recouvre ses petits yeux ronds et lui permet de voir aussi bien dans l’eau qu’en surface. Les narines et les oreilles, petites elles aussi, se ferment quand l’animal plonge. Sa queue plate, recouverte d’écailles, est utilisée comme gouvernail, propulseur, trépied pour atteindre les plus hautes branches ou comme signal d’alarme en tapant à la surface de l’eau. Ses pattes arrière portent cinq longs orteils griffus et sont palmées pour la nage. Le castor utilise ses griffes pour entretenir son pelage. Son épaisse fourrure brune consiste en une couche de duvet et une toison extérieure de gros poils protecteurs. En nettoyant et huilant continuellement son pelage dense, le castor lui conserve son imperméabilité. Il peut faire de l’apnée pendant près d’une dizaine de minutes.

Le castor est aussi pourvu d’incisives longues, aiguës et fortes qui poussent continuellement. Ainsi, au fur et à mesure qu’il frotter les incisives supérieures contre les inférieures, leur extrémités deviennent tranchantes comme un couteau. Le castor est un bon bucheron et peut abattre de gros arbres. Dans les zones minérales des Gorges, il est devenu cavernicole. Mais il creuse le plus souvent des terriers dans les berges ou construit des huttes dans une accumulation d’eau proche. Via une ou plusieurs entrées sous l’eau, il accède à une pièce qui sert d’aire de vie, une chambre étanche et un puits d’aération. Les dimensions varient selon la taille de la famille et le nombre d’années d’occupation.

Monogame, le castor s’accouple pour la vie et donne naissance chaque printemps en moyenne à 2 petits qui ont un pelage bien fourni et une denture déjà bien acérée. Les castors peuvent se reproduire dès l’âge de deux ans où ils quittent leur famille et émigrent le long des cours d’eau pour aller s’accoupler à leur tour et créer leur propre foyer. Le régime alimentaire est strictement végétarien. La base de son alimentation est la cellulose. Il se nourrit, selon la saison, de végétaux herbacés en été, et d’écorce et de bourgeons de saule en hiver en raison de son bois tendre. Les branches de plus de 2 ans sont écorcées et l’abattage des arbres a lieu à l’automne et au printemps. Pour qu’il puisse consommer ses 2 kg de matière végétale par jour, il convient que la ripisylve s’étende sur au moins 5m de large.

En raison de son mode de vie essentiellement aquatique, qui lui assure une excellente protection, le castor demeure vulnérable lorsqu’il explore les berges à la recherche de nourriture. La loutre peut pénétrer dans son habitat et tuer sa progéniture. De soudaines crues peuvent aussi forcer l’animal à quitter son logis et affronter les dangers. Menacé, le castor défend chèrement son espace vital. Il fait face à l’agresseur, l’attend, accroupi sur ses pattes arrières et émet un sifflement aigu avant de s’élancer et de chercher à mordre. Il vaut mieux se tenir loin de lui s’il se sent acculé. Le Castor peut être confondu à la nage avec le Ragondin. Le Castor a une nage très coulée, le corps est presque totalement immergé sauf la nuque et la moitié supérieure de la tête. Le Ragondin nage en surface, la totalité de la tête et le haut du dos émergent. Le rapport de la longueur de la tête sur celui du corps (sans queue) est d’environ 1/5ème pour le Castor et d’1/3 pour le Ragondin.

Si vous avez le privilège de rencontrer un castor dans la nature, assurez-vous de ne pas le déranger. La survie de l’espèce en dépend.

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, Septembre 2010
Texte de la voix off
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

Le marathon des Gorges de l’Ardèche 2010

Comme chaque année, le mois de novembre a vu se dérouler un événement d’une très grande convivialité rassemblant amateurs et professionnels pour une descente des Gorges de l’Ardèche.

Ces Gorges et leurs fabuleux méandres ont attiré le simple touriste tout autant que les passionnés de canoë-kayak.

Part 1: Le 6ème Challenge des Gorges de l’Ardèche (édition 2010)


Part 2: Le 26ème Marathon des Gorges de l’Ardèche (édition 2010)


Part 3: l’arrivée du Marathon des Gorges de l’Ardèche (édition 2010)

Né en 1985, le Marathon International des Gorges de l’Ardèche est devenu au fil des ans, l’un des rendez-vous ardéchois incontournables.

Pour son 26ème anniversaire, la rencontre a rassemblé plus de 1600 participants sur l’eau.

C’est un événement international où se côtoient champions et sportifs amateurs du monde entier.

Cette fête de l’eau et du sport a eu lieu le samedi 13 Novembre entre Vallon Pont d’Arc et St Martin d’Ardèche.

2 courses étaient possibles :

  • Le marathon, qui est une épreuve traditionnelle de 35km destinée au K1, K2, C1 et C2.
  • Le Challenge, qui est ouvert à tous (donnant ainsi une ambiance très bonne enfant à cette manifestation). La descente est effectuée dans des embarcations de type C4, C8, C9, pirogues ou krafts partant en amont du Pont d’Arc pour 30km d’aventure inoubliable jusqu’à St Martin d’Ardèche.

Comme chaque année, il y avait aussi plusieurs milliers de spectateurs sur les berges et en haut des belvédères qui surplombent à 200 ou 300 mètres de hauteur les méandres de la rivière, pour assister à cette grande communion du sport et de la nature

Aja Barbo Gruden
Ardèche, novembre 2010
Texte de la voix off
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

Villages authentiques et de caractère en Ardèche

Introduction

En Ardèche, 17 vieux villages portent aujourd’hui le label « village de caractère » décerné par le Conseil Général et 25 autres sont en cours d’agrément. Nous vous proposons maintenant de visiter avec nous les superbes villages suivant, labellés ou non « village de caractère » et se trouvant autour ou à proximité des Gorges de l’Ardèche.

Labastide de Virac

Labastide de Virac est situé dans la partie la plus calme des Gorges de l’Ardèche. C’est aussi celle qui offre les plus belles randonnées. Le Château, classé monument historique, domine le village de son imposante stature. Le mot bastide signifie lieu fortifié. Perché sur un monticule calcaire, tout le village était autrefois fortifié, se serrant autour du château. Au sommet de l’église niche un couple de faucons pèlerin, revenu récemment dans la région. Sur son piton rocheux, ce petit village médiéval préservé garde un charme pittoresque que lui envient les villages alentours. Il possède une partie du majestueux Pont d’Arc, Arche Naturelle qui enjambe l’Ardèche.

Le village occupait une position stratégique pour contrôler les Gorges de l’Ardèche, et notamment le passage par le dessus le pont d’Arc. Suite aux guerres de religion, le seigneur local étant protestant, Louis 13 et Richelieu, qui eux étaient catholiques, ordonnèrent la destruction totale des remparts du village et de certains étages du château. Le passage du pont d’Arc fut lui aussi endommagé. Le GR4 traverse le village et vous mène dans la garrigue puis en bordure des Gorges de l’Ardèche. Ici nous sommes loin de l’agitation touristique.

 Vallon-Pont-d’Arc

Vallon-Pont-d’Arc est idéalement positionné, aux portes de l’un des plus beaux sites touristiques de France : la Réserve Naturelle des Gorges de l’Ardèche. Le pont d’Arc a été classé en 1991 « Grand Site d’Intérêt Communautaire ». Le bourg garde l’entrée des gorges de l’Ardèche et en est le principal centre touristique. C’est aussi là que se cache la grotte Chauvet, très célèbre pour ses peintures rupestres, non ouverte au public mais doublée par un musée au village.

Lors des guerres de religion, les protestants détruisent le château du seigneur catholique. Il fut par la suite reconstruit dans le nouveau village : c’est le château-mairie actuel. On peut y admirer une architecture intérieure rénovée du 18ème siècle et surtout un ensemble unique de sept tapisseries d’Aubusson illustrant la prise de Jérusalem par les Croisés de Godefroy de Bouillon ainsi qu’une pastorale.

Au Moyen-âge, le village est construit sur une colline autour du château seigneurial : les ruines qui en restent actuellement sont le Chastelas. C’est au 16ème siècle que Vallon s’installe définitivement dans la plaine. Vallon est situé sur un ancien itinéraire, de Nîmes à Alba aux temps gallo-romains, d’Alès à Villeneuve-de-Berg au temps des guerres de religion.

Salavas

  A l’origine, Salavas était situé le long de la voie romaine reliant Nîmes à Alba et à la vallée du Rhône. Cette voie date de l’époque de l’empereur romain Antonin le Pieux qui régna de l’an 138 à l’an 161 après J.C. Le village s’est développé grâce à la proximité du Gué de Chauvieux passage obligé, lorsque la hauteur d’eau est favorable, pour joindre le Bas Languedoc au Vivarais et au Massif central. Salavas avait effectivement une position stratégique dans le commerce du sel avec l’utilisation de ce Gué.

Cette situation favorisa le trafic routier, les activités fluviales, l’hébergement et le ravitaillement des voyageurs qui apportèrent à l’antique Salavas travail et prospérité mais aussi, un réel danger pendant les invasions successives et les divers troubles guerriers, dont les derniers furent ceux des guerres de religion. Le château est pillé et détruit en 1628, en même temps que celui de Vallon, par le Duc de Rohan, gendre de Sully et chef des protestants du Languedoc.

Sampzon

Ce lieudit se prononce SANZON. C’est un superbe point d’observation à 360° situé à 381 mètres d’altitude. Il domine toute la région et offre une impressionnante vue circulaire sur le bassin de Ruoms, sur l’Ardèche, sur le bassin de Vallon et l’entrée des gorges, sur tout le bas Vivarais jusqu’aux Cévennes, sur la montagne Ardéchoise et sur le Mont Lozère. 200m plus bas encore, le méandre que forme l’Ardèche, autour de cette petite commune lui confère un atout exceptionnel pour la baignade, la pratique du canoë et la pêche.

Son église rustique d’origine romane vaut le détour. C’est aussi le point de départ de nombreuses randonnées pédestres, équestres et VTT. Le GR4 passe à proximité. Il offre aussi de magnifiques couchers et levers de soleil.

Lagorce

Comme tous les villages de la région, Lagorce a un passé riche en histoire. En juin 1629. Louis XIII et Richelieu se rendant à Alè, donnèrent l’ordre de raser le Château. Lagorce était en effet une place forte protestante, son temple fut un des premiers construits dans la région. Du château, il ne reste plus que quelques pierres. Le Temple, construit au 16ème siècle, fut détruit durant les guerres de religions, il sera reconstruit au début du 19ème siècle.

L’église Saint André fut, elle aussi, détruite durant les guerres de religion puis reconstruite au cours du 17ème siècle. Le Beffroi fut construit au 13ème siècle, vous pouvez y voir le magnifique cadran solaire. La Place de la Dîme est située à proximité de la mairie, Elle doit son nom aux cuves à grains encastrées dans un vieux mur, « les Setiers », qui servaient autrefois aux paysans pour mesurer leur part de récolte en paiement au Seigneur. Depuis le printemps 2002, la municipalité a ouvert un musée lié au vers à soie « ma magnanerie », vous pourrez observer un élevage de vers à soie.

Saint-Martin-d’Ardèche

Au débouché des Gorges, en amont du confluent de l’Ardèche et du Rhône, blotti au bord de la rivière se trouve Saint-Martin-d’Ardèche, petite commune de l’Ardèche Méridionale, où en 1938, Max Ernst, le peintre surréaliste, a marqué son passage. Les habitants de Saint-Martin, “les trempes cul” comme les appelaient leurs voisins, en raison des nombreuses crues qui touchaient le village, ont longtemps vécu de la rivière. A proximité d’un site naturel d’exception, la Réserve Naturelle des Gorges de l’Ardèche, St-Martin dispose également d’un patrimoine historique riche.

En visitant le village, vous verrez l’église romane du 12ème siècle ainsi que le Pont Suspendu dont la construction se situe entre 1904 et 1905. En face et un petit plus haut sur la rive opposée se trouve Aiguèze un superbe village de caractère.

Aiguèze

Situé sur les dernières falaises des gorges de l’Ardèche et comme planté au sommet d’un extraordinaire piton rocheux et balcon naturel, le magnifique village d’Aiguèze domine fièrement le cours d’eau au débit caractériel. Ses fortifications furent le théâtre d’épisodes dramatiques. Aiguèze s’est rapidement tourné vers l’avenir en restaurant ses maisons dans son style historique et protégé. Son église, monument classé qui mérite votre visite, a été rénovée.

C’est un petit village sympathique qui se protège et en même temps s’ouvre aux visiteurs. Il fait bon se promener dans ses ruelles moyenâgeuses. C’est un site incontournable des gorges de l’Ardèche qui attire les amoureux de vieilles pierres et des petits coins tranquilles ! Site envoûtant, population accueillante, bonnes tables, bon vin, ce village que les vicissitudes de son histoire rendent si sympathique, renaît pour le bonheur de ses citoyens et le plaisir de ceux qui le visitent.

Balazuc

Balazuc est un superbe petit village médiéval fortifié, perché au sommet d’une falaise surplombant l’Ardèche. La Tour de la Reine Jeanne, située sur la rive droite de la rivière offre un panorama de rêve sur le village. C’est incontestablement l’un des plus beaux villages de caractère de l’Ardèche et un des plus beaux villages de France.

Au bout des vestiges des remparts, vous trouverez le château et son donjon carré du Xè siècle qui abrite actuellement un Point Info en été. Construite au XIIè siècle, l’ancienne église romane ne comportait, à l’origine, qu’une simple nef à trois travées. Elle fut ultérieurement doublée d’une nef fortifiée et surmontée d’un clocher-arcade. Pour la rejoindre, il faut suivre des petites rues tortueuses et escarpées, bordées par endroits d’anciennes échoppes d’artisans. N’hésitez pas à utiliser les services d’un guide pour mieux découvrir toutes les richesses de ce village historique.

L’église nouvelle, beaucoup plus récente, date du 19ème siècle. Après la visite de Balazuc, baignez vous dans la rivière en bas du village puis visitez le hameau pittoresque du Viel Audon : on y accède à pied uniquement par un sentier en longeant l’Ardèche sur sa rive droite.

Voguë

Classé Village de caractère, le village de Voguë est comme accroché à la falaise. Son histoire est liée à celle de son château et de ses seigneurs. Elle est aussi rattachée aux ponts successifs, régulièrement emportés par les crues de l’Ardèche. Le château domine ce site privilégié. Edifié initialement au 12ème siècle, il fut entièrement reconstruit autour de son donjon au 15ème siècle. Il subit encore d’importantes modifications au 17ème siècle avant d’être incendié pendant la révolution et de tomber en ruines. Reconstruit dans la seconde moitié du 19ème siècle, il impressionne avec ses 4 tours d’angle et ses fenêtres à meneaux.

Ce château, aujourd’hui ouvert aux visiteurs, accueille également dans ses murs des expositions temporaires d’arts plastiques. Endommagée pendant les guerres de religion, l’église fut presque entièrement reconstruite en 1691. Après Voguë, visitez aussi dans les environs les vieux villages de Lanas et de Rochecolombe. Profitez-en aussi pour faire un tour avec le train touristique de l’Ardèche Méridionale Viaduc 07.

Labaume

Au bord de la rivière la Beaume, à proximité de Ruoms, ce superbe village de caractère est entouré de falaises autrefois creusées de grottes troglodytiques.

Au sommet de cet éperon rocheux se distingue également une maison forte, qui domine les vestiges du château vieux et du moulin seigneurial. Les maisons, entrelacées dans la roche et réalisées avec des galets extraits directement de la rivière, se serrent le long d’étroites et sinueuses calades, de petits passages, qui constituent un véritable labyrinthe.

Le clocher carré à arcades de l’église Saint-Pierre-aux-Liens a un style très particulier. A l’ombre des platanes séculaire de la place de Sablas vous pourrez admirer le vieux pont submersible. 142 dolmens (Il s’agit là de la plus grande densité en Europe) s’élèvent sur cette petite commune qui est aussi très célèbre pour son fameux festival de musique.  

Banne

Banne est une petite commune du sud de l’Ardèche, blottie au pied des premiers contreforts des Cévennes. Classé  » Village de caractère « , ce village se compose de deux bourgs perchés et séparés par un petit vallon couvert de cultures en terrasse. Le bourg principal s’est développé au pied des ruines de l’ancien château. Très luxueux château au 16ème siècle, il représentait un symbole de la contestation du pouvoir républicain, et fut brulé intégralement en juillet 1792. Les ruines du château servirent alors de carrière de pierre.

Seules les écuries et le mur d’enceinte extérieur furent épargnés de la destruction. Longues de 80m et profondes de 12m, les écuries témoignent de l’ampleur passée de ce château. Depuis ses terrasses, on a le plus magnifique spectacle que l’on puisse imaginer. Tout le Bas-Vivarais, pour ainsi dire, s’épanouit sous l’œil du touriste. 2) Le bourg annexe comprend l’église paroissiale entièrement reconstruite entre 1860 et 1867 avec sa place arborée. L’église néogothique actuelle a été construite au 19ème siècle sur l’emplacement même d’une église romane Les voûtes et les piliers de l’église romane furent démolis en 1859. Seuls les deux murs latéraux ont été conservés.

Ruoms

Ruoms est un Vieux village Médiéval fondé au 10ème siècle. Ses remparts sont dotés de 7 tours rondes. L’église d’architecture romane et la Chapelle Notre Dame des Pommiers furent érigés entre le 10ème et le 12ème siècle. Ruoms est un pays de carrières, encore exploitées il y a cinquante ans. La pierre calcaire a été utilisée pour la réalisation de nombreux monuments et ouvrages d’art. Ce village fut aussi une petite cité industrielle avec ses brasseries, fermées depuis 1967, la bière ayant été remplacée aujourd’hui par le vin.

Profitez de votre séjour pour visiter le Musée Vin image qui est un lieu de découverte des vins. Prenez aussi le temps d’aller admirer la route touristique des Défilés qui a été creusée dans le roc au 19ème siècle. Elle offre un panorama spectaculaire sur les falaises de calcaire.

Conclusion

Nous venons de vous présenter quelques superbes villages mais la liste de ceux que nous vous recommandons de visiter est bien plus longue encore tant chaque village est particulier et chargé d’histoire. N’hésitez pas à en visiter d’autres au hasard de vos promenades.

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, janvier – décembre 2010
Texte de la voix off pour le DVD
« Les Gorges de l’Ardèche et l’Ardèche Méridionale »
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

Randonnées pédestres

Introduction

La randonnée en Ardèche, ce sont 6 000 km de chemins, dont 600 km de sentiers de grande randonnée dits GR. Il existe donc de très nombreuses possibilités de balades en famille. Rappelez-vous que la plupart des chemins de randonnée sont des propriétés privées. Respectez-donc toutes les règles afférentes. Nous allons vous faire maintenant visiter avec nous plusieurs endroits vraiment époustouflant de beauté et de tranquillité.

Le GR-4

Ce chemin de randonnée relie l’Atlantique à la Provence. Il traverse l’Ardèche, depuis les monts d’Auvergne jusqu’à Pont-Saint-Esprit dans la vallée du Rhône, en longeant les gorges du Chassezac et celles de l’Ardèche. Il passe notamment en plein centre du magnifique village de Labastide de Virac.

Vous trouverez régulièrement des panneaux spécifiques indiquant les directions ainsi que les distances vous séparant des différents points de ce chemin de grande randonnée. Garrigues, oliviers, champs de lavande et senteurs méditerranéennes sont le décor de cette partie du parcours. Ce chemin donne par endroit de très belles vues sur les Gorges de l’Ardèche, notamment en faisant quelques détours par des traverses.

Le hameau des Crottes : Le nom provient d’un mot grec qui signifie cave, caverne ou trou et qui a aussi donné le mot crypte. Il existe de très nombreux lieudits en France qui porte ce nom dont l’étymologie est grecque. Le chemin de randonnée passe aussi par le Mas de Serret. N’y manquez pas l’impressionnant belvédère qui surplombe l’Ardèche. Si vous êtes courageux, vous pourrez également continuer jusqu’à la sortie des Gorges et visiter le superbe village d’Eguèze,

Le Canyon du Rieusset

Partant des hauts de Salavas, le canyon du Rieusset est époustouflant de beauté. Quand il est à sec, c’est-à-dire presque tout le temps, comme son nom l’indique, il est alors praticable jusqu’à son embouchure dans l’Ardèche. A un ensemble de cailloutis, succède une zone de marmites, chacune débouchant dans sa voisine par un passage plus étroit. Chaque marmite est en fait creusée par le mouvement de l’eau qui entraîne des galets dans un mouvement circulaire et abrasif.

Les marmite aux couleurs ocre-jaune marmites sont de toutes les tailles, de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres de large et de profondeur. On trouve fréquemment dans leur fond les galets responsables de cette érosion. Le Colorado de l’Ardèche. Tel est le nom que l’on pourrait donner à ce superbe petit canyon. Sur quelque 3 kilomètres et une centaine de mètres de dénivelé ce petit parcours offre une très agréable récréation méridionale aux senteurs de thym et à la musicalité des cigales. Le spectacle est un vrai régal.

Prévoyez d’emmener de l’eau potable. Il fait très chaud à l’intérieur du canyon. Le passage est parfois délicat avec certaines marmites remplies d’eau, il y en a une ou deux, juste avant le confluent avec l’Ardèche. Si vous n’avez pas envie de vous jeter dans une eau stagnante, utilisez les chemins dérivatifs balisés. Attention toutefois, d’une part, ce canyon n’est pas accessible à tous. Par ailleurs, pendant ou après un épisode orageux, ce canyon peut se révéler impraticable, voire dangereux. Les rochers peuvent en effet devenir très glissants par temps humide et il est préférable de ne pas se faire coincer dans la rivière quand le niveau d’eau monte très rapidement. A la sortie du canyon, vous pourrez vous jeter directement dans l’Ardèche afin de vous rafraichir au milieu des canoës. Vous pourrez aussi déguster une boisson fraiche bien méritée au camping du coin. Sur le chemin du retour, prenez le temps de visiter l’intérieur du vieux village de Salavas.

Le Cirque de Gaud

Sur la route d’Orgnac, environ 1km après Labastide de Virac, prenez sur votre gauche en direction du Mas de Serret où vous pourrez garer votre véhicule. Continuez à pied sur 1km un chemin forestier sur votre gauche jusqu’à ce que vous arriviez au bord des falaises de l’Ardèche. Ce sentier ombragé, très agréable et facilement praticable permet, en une petite demi-heure, de descendre les 200m de dénivelé jusqu’au fond des gorges. On arrive au niveau du rapide du Figueras, où vous trouverez une très grande plage de sable et de galets, endroit idéal pour un pique-nique.

Quelques centaines de mètres plus en amont, la source de la Dragonnière qui coule directement dans la rivière. Vous êtes au cœur de la Réserve des Gorges de l’Ardèche. Pensez toujours à respecter scrupuleusement l’environnement ainsi que la réglementation spécifique à cette réserve. 500 mètres plus loin, nous arrivons en suivant la rivière au Bivouac de Gaud.

Le Château de Gaud, ressemble à une maison bourgeoise, la première tour date du temps des croisades. Partagé entre les habitants en 1789, il est maintenant propriété du Conseil General de l’Ardèche depuis 1980, et sert notamment au développement d’activités pédagogiques dans la réserve naturelle des Gorges. La remontée, comme vous pouvez vous en douter, est nettement plus fatigante que la descente.

 Le tour du Saleyron

Au départ de Labastide de Virac, vous longez une ancienne plantation d’oliviers puis, après une petite montée caillouteuse, de vieux enclos dont les murets sont envahis par la végétation. Le parcours est balisé et vous permet de faire le tour de la colline dominant le village. Vous marcherez les mains dans les poches, à travers la garrigue, les éboulis, les pierriers, les lichens qui poussent sur les arbres dans le fond de la vallée et le chant des cigales.

Là où il y a de l’eau, il y a de la vie. Quelques grenouilles servent de repas occasionnel à des couleuvres, lesquelles nourrissent le circaète aussi nommé aigle des serpents. Il est très rare d’apercevoir un serpent. La couleuvre totalement inoffensive ici filmée a été trouvée morte sur une route et replacée dans son milieu pour pouvoir vous être montrée.

Le Gour de Sompe

Très méconnue, presque jamais indiquée sur les cartes ou sites recommandés pour les touristes, cette petite vallée avec une superbe rupture de pente est pourtant magnifique et très facile d’accès. Une centaine de mètre avant d’arriver, commencez à descendre sur votre droite directement dans le lit du ruisseau qui est quasiment toujours à sec. Après environ 300 mètres sans difficulté, vous découvrirez une chute d’une vingtaine de mètres et son gour en dessous. Un petit chemin assez raide mais praticable par temps sec permet d’accéder à ce gour où l’on peut voir évoluer de superbes libellules.

Quand l’évaporation n’a pas été trop forte, on trouve encore dans le lit du ruisseau quelques flaques d’eau où la vie reste précaire mais visible. De nombreux insectes aériens et aquatiques et des batraciens viennent y trouver l’eau dont ils ont besoin pour survivre. Sur le retour, visitez le vieux village de Lagorce dont la plupart des calades ne sont accessibles qu’à pied.

Les Dolmens

Un dolmen est un monument érigé par les hommes, généralement au cours de la préhistoire, et constitué d’une ou plusieurs grosses dalles de couverture posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds. Le tout était, originellement, recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres et de terre nommé tumulus. Il y a plus de 500 dolmens recensés sur tout le département de l’Ardèche

Dans leur état actuel de dégradation, les dolmens se présentent souvent sous l’apparence de simples tables dont le remblai a été érodé au cours des siècles. Même s’il reste encore une part de mystère sur ces mégalithes et sur leurs bâtisseurs, il est acquis qu’il s’agit là de monuments funéraires collectifs, vieux de quelques 4 à 5000 ans, ce qui nous ramène à la fin du Néolithique, plus communément appelé Age du cuivre.

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, janvier – décembre 2010
Texte de la voix off pour le DVD
« Les Gorges de l’Ardèche et l’Ardèche Méridionale »
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

Visites recommandées

Introduction

Il y a, juste autour des Gorges de l’Ardèche et à moins d’une heure de route, une quantité impressionnante de sites à visiter, que ce soit les grottes et avens, les parcs animaliers, les châteaux, les sites archéologiques, les trains touristiques, les expositions, les musées, etc. Nous les avons répartis en deux groupes : Un premier cercle comprenant les sites situés immédiatement à côté ou à moins d’une demi-heure des gorges. Un second cercle comprenant les sites environnants situés à moins d’une heure de route. Nous vous recommandons notamment la visite des sites suivants.

La Ferme aux Crocodiles

Située juste aux portes des Gorges de l’Ardèche, dans la vallée du Rhône et à 10 minutes de l’autoroute, la Ferme aux Crocodiles est ouverte toute l’année. Unique en Europe, ce parc animalier est constitué d’une serre paysagée de 8000 m² dans laquelle évoluent librement plus de 400 animaux : 9 espèces de crocodiles, des tortues géantes des Seychelles et des Galápagos et des oiseaux tropicaux.

C’est également un jardin d’intérêt botanique et horticole, puisque la serre présente plus de 600 espèces végétales exotiques. Vous pourrez observer les crocodiles en toute sécurité. Ces animaux réputés pour être de terribles prédateurs, sont présentés dans des vivariums, c’est-à-dire derrière des vitres, ou dans des enclos.

En plus de l’activité touristique, le site s’est également doté d’une structure de soutien à la recherche scientifique et à la conservation des espèces animales par le biais d’un laboratoire et d’une écloserie.

Aven d’Orgnac

Labellisé Grand site de France depuis 2004, l’Aven d’Orgnac, une des plus belles grottes de France, se situe sur la rive droite de l’Ardèche. En sortant de l’Aven, à quelques dizaines de mètres, prenez le temps de visiter le Musée régional de la Préhistoire qui présente les richesses préhistoriques de l’Ardèche. D’exceptionnels objets originaux et des reconstitutions de sites évoquent la vie quotidienne de nos ancêtres jusqu’à 350 000 ans avant notre ère. Le musée de la préhistoire présente aussi de superbes expositions temporaires

La Grotte de Saint Marcel

La grotte de St Marcel se trouve sur la célèbre route touristique des gorges de l’Ardèche. Elle est la grotte au développement le plus important

L’Aven Marzal et le Musée du monde souterrain

La visite s’effectue accompagnée d’une animation audiovisuelle. Etroitement lié à l’Aven Marzal, le Musée du Monde souterrain expose le matériel dont disposaient ceux qui ont découvert cet aven pour la première fois en 1892. Vous y découvrirez aussi des ossements, et autres fossiles. Il s’agit des animaux ou oiseaux autrefois tombés dans l’Aven, et retrouvés à plus de 100 mètres de profondeur. On y observe, par exemple les reste d’un bébé mammouth, d’un rhinocéros, le crane d’un ours ou encore un œuf de dinosaure. Cette visite est une très bonne introduction à la descente dans L’Aven de Marzal.

Zoo préhistorique de Marzal

Situé sur le site de l’Aven Marzal, le Zoo Préhistorique est une présentation sur un parc de 3 hectares d’une série de 20 scènes d’animaux préhistoriques, grandeur nature. Le Brachiosaure, du haut de ses 12 mètres pour 23 de long, pèse 20 tonnes. Le célèbre Tyrannosaure Rex montre les crocs. L’Homalocéphale, dinosaure à la tête plate, donne une idée de ce que devaient craindre leurs proies. La visite se termine devant une reconstitution de la vie quotidienne des premiers êtres humains, Cro-Magnon et Neandertal.

Musée de la Lavande

Au cœur des champs de lavandes, partez pour un voyage qui vous plongera dans l’univers merveilleux des couleurs et des senteurs. Le musée de la Lavande est ouvert du 1er Avril au 30 Septembre. Vous apprendrez à distinguer les différentes variétés de lavande, et découvrirez les procédés de culture et les différents outils utilisés autrefois.

Un petit magasin vous permettra d’acheter toutes sortes de produits à base de lavande naturelle. Vous trouverez aussi sur le parking d’accueil une collection d’alambics et de vieux outils agricoles.

Au cœur des champs de lavandes, partez pour un voyage qui vous plongera dans l’univers merveilleux des couleurs et des senteurs. Vous assisterez aussi à l’extraction de l’huile essentielle par une distillation artisanale de la fleur. Le musée de la Lavande est ouvert du 1er Avril au 30 Septembre.

Ardèche Lamas

Ardèche lama est un centre d’élevage d’une centaine de Lamas dans un parc de trois hectares situé en bordure de la route touristique des Gorges. Il y naît, chaque année, entre 30 et 35 petits lamas. L’élevage accueille les visiteurs du mois d’avril au mois de septembre.

Vous entrez dans l’intimité du troupeau, sans clôture ni barrière. Le parcours est ponctué d’explications et d’anecdotes concernant la vie de ces fabuleux animaux.

Rustique, le lama aime l’herbe, les broussailles, les ronces, et le fourrage. C’est un animal très sociable. Très curieux et intelligent, il comprend vite et peut être facilement dressé. Son caractère se rapproche de celui du chat. Il faut savoir respecter son indépendance. L’animal pèse entre entre 90 et 150 Kg et vit de 15 à 25 ans. Des emplacements à l’ombre des chênes vous donneront la possibilité de piqueniquer en toute quiétude.

Ardèche lama est un centre d’élevage d’une centaine de Lamas dans un parc de trois hectares situé en bordure de la route touristique des Gorges.

Château des Roure

C’est une forteresse du 15ème siècle, sur l’antique route du Pont d’Arc, et un haut lieu de l’histoire, des guerres de religion jusqu’à la révolte des camisards. En 1629, Louis 13 et Richelieu font raser les parties défensives du Château ainsi que tous les remparts du village. Aujourd’hui, le chemin de ronde du château offre une superbe vue panoramique sur les Cévennes, le Mont Lozère, le Mont Gerbier-de-Jonc, ainsi que sur le Bas-Vivarais.

Le musée de la Soie a été ouvert au public en 2002. Il est destiné à vous faire découvrir toutes les étapes de travail, du fil de soie jusqu’à l’étoffe. Vous y découvrirez le cycle complet des vers à soie vivants, de l’œuf jusqu’au cocon ainsi que le cycle complet du tissage de la soie, depuis le filage du cocon jusqu’à la fabrication de l’étoffe. Une rencontre avec le fantôme des oubliettes est organisée pour le plaisir des enfants ! Frissons et éclats de rire sont garantis ! Le Château des Roure est ouvert au public depuis 1975 et a été classé Monument historique en 1978.

Indy Parc

Le parc aventure de Vagnas se situe entre Vallon Pont D’arc et Barjac. C’est le plus grand parc de l’Ardèche et du Gard. Il vous propose un terrain de 200 jeux répartis sur 12 parcours pour toute la famille de 2 ans à 92 ans.

Il y a notamment plusieurs parcours pour les enfants. Au sein des parcours aventure, vous avez 1800m de longueur entièrement sécurisée dans les arbres et divisés en 5 petits parcours accessibles à tous. Ces parcours comprennent 162 jeux dont 28 tyroliennes de 1100m au total. Dans le parcours 5, vous aurez 3 grandes Tyroliennes de respectivement 140, 104, puis 130 mètres. Ainsi, près de 3 ou 4 heures seront nécessaires pour les parcours 0 à 5.

Indi Parc vous propose des jeux arrosés dans un parc rafraichit la nuit par arrosage pour votre plus grand plaisir. Vous y passerez passer un grand moment d’émotion. Attendez-vous d’ailleurs à ce que vos enfants ne veuillent plus quitter ce parc.

Train touristique Viaduc 07

De Mai à Septembre, vous pourrez voyager dans le temps en montant dans ces vieux autorails entièrement remis en état. Après la ballade dans ce train touristique, prenez le temps de visiter le vieux village de Caractère de Voguë. Viaduc 07 est une association qui exploite un train touristique sur une ancienne ligne SNCF.

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, janvier – décembre 2010
Texte de la voix off pour le DVD
« Les Gorges de l’Ardèche et l’Ardèche Méridionale »
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

Descente des Gorges

Introduction

Il vous sera difficile de rentrer chez vous sans avoir descendu au moins une fois dans votre vie les Gorges de l’Ardèche en canoë, en kayak, ou encore en barque.

Pour faire la descente, il suffit d’être âgé de plus de 7 ans et de savoir nager. De votre descente des Gorges vous garderez un souvenir inoubliable. Rappelez-vous toujours que la propreté des gorges dépend de chacun de nous.

Au départ de Salavas

Il y a quelques règles de base concernant le canoë ou le kayak. Leur maîtrise vous permettra de passer partout avec une très grande aisance :

  1. Règle de base numéro 1 : toujours garder une distance minimale vis-à-vis des bateaux qui précèdent, comme de ceux qui succèdent. Cela évite de s’empiler les uns sur les autres en cas de problème;
  2. Règle de base numéro 2 : pour contrôler votre bateau dans un petit rapide, il faut pagayer pour avancer plus vite que le courant;
  3. Règle de base numéro 3 : Quand vous approchez d’un obstacle, un rocher, par exemple. Si vous ne faites rien, le courant vous emmènera très souvent directement sur l’obstacle. Pour éviter cet obstacle, prenez de la vitesse en pagayant, la vitesse est essentielle, et orientez l’avant de votre bateau là où vous voulez aller.

Le rapide du Charlemagne

Règle de base numéro 4 : si vous ne pouvez pas éviter un obstacle et voyez que vous allez le percuter par le côté du canoë, penchez vous complètement, corps et bateau, sur cet obstacle et non pas à l’opposé de l’obstacle.

Règle de base numéro 5 : pour affronter un courant latéral, il faut giter, c’est-à-dire pencher, du côté opposé au courant.

Les kayakistes parlent, dans leur langage un peu cru, d’offrir le cul du bateau au courant, permettant à ce dernier de passer sous le bateau, sans le retourner.

Il existe encore une sixième règle de base, qui n’est en fait qu’une variante de la précédente : parfois, après un petit rapide ou un obstacle, une partie de l’eau fait demi-tour, et retourne vers l’amont. C’est le contre-courant. L’eau y paraît plus calme que dans le courant, mais ne vous y fiez pas. C’est en effet là que la plupart des canoéistes débutants dessalent, alors qu’ils avaient bien franchi le rapide et croyaient toute difficulté passée. Ces contre courants sont des petits pièges classiques, et pourtant très faciles à éviter ou à gérer. La plupart du temps, on les voit à l’œil nu. Si vous vous faites prendre dans un de ces contre-courants, offrez toujours le cul, c’est-à-dire le dessous, de votre bateau au contre courant et, au pire, vous ferez un tête-à-queue.

Le port du gilet de sauvetage est obligatoire pour tous, parents et enfants. Il doit toujours être attaché. Il sert évidemment à vous maintenir à la surface de l’eau, mais aussi à limiter les chocs contre les cailloux si votre embarcation a l’idée saugrenue de se retourner

Dessalages en série

Juste à côté du Pont d’Arc, au niveau de ce petit rapide dit du Charlemagne, il y a un endroit où le spectacl est assuré. Soyons un petit peu vicieux et délectons nous en nous moquant de l’infortune des autres.

Superbe spectacle, n’est pas ? Heureusement, sans danger dès lors que les règles de sécurité de base sont respectées.

Descente en kayak

Bon, eh bien maintenant que nous nous sommes perfidement moqués des autres, c’est à notre tour d’essayer ce petit rapide.

Nous allons le faire, non pas avec un canoë, mais avec un kayak complètement fermé. Pour vous placer dans le feu de l’action, nous avons fixé la caméra à l’avant du kayak.

Et c’est parti : on va attaquer le Charlemagne. Il y a déjà un bateau qui vient de faire une cravate sur un rocher. On va essayer de se faire un petit stop derrière le caillou. Allez, c’est parti. (rires) C’est super ! Allez, un petit virage sur la gauche, hop. Et un autre maintenant sur la droite.

Les différentes descentes

Il est possible de faire des descentes partielles ou complètes de l’Ardèche, selon vos forces :

  1. Le premier parcours fait 8km :
    • départ de Vallon Pont D’arc,
    • passage de quelques rapides,
    • passage bien sûr sous le magnifique Pont d’arc,
    • et arrivée au lieu-dit Châme situé 1 km après le Pont d’Arc, à l’entrée même de la Réserve Naturelle.
    • Il faut compter une heure et demie de pagaie pour cette descente.
  2. Le second parcours fait 13km :
    • départ du pont de Samzon,
    • la descente est assez calme jusqu’à Vallon puis, même programme que la mini descente précédente de 8 km.
    • La descente dure environ 2 heures et demi.
  3. Le troisième parcours fait 24km :
    • départ de Châmes et descente de toutes les gorges de l’Ardèche jusqu’à Sauze, hameau de St Martin d’Ardèche.
    • La durée moyenne de la descente est d’environ 5 heures sans compter vos pauses.
  4. Le quatrième et plus long parcours fait 32km :
    • Il part de Vallon, passe sous le Pont d’arc et traverse toutes les gorges jusqu’à St Martin d’Ardèche.,
    • Le temps de pagaie est d’environ 6 à 7heures sans compter les pauses.

Il existe de nombreux autres parcours, si vous partez plus en amont des gorges, notamment de Ruoms, Pradon, Balazuc, ou Voguë. En fait, les parcours sont modulables à volonté.

Le Pont d’Arc

La descente des Gorges de l’Ardèche est à la portée de tous et peut s’effectuer d’avril à octobre, l’eau est alors à un bon niveau et sa température agréable, entre 25 et 28°.

Restez aussi très prudent si vous décidez de sautez depuis certains rochers. Il faut vérifier d’abord que la profondeur d’eau est suffisante. Pour des raisons évidentes, l’accès au sommet du pont d’arc est strictement interdit. N’essayez pas d’épater stupidement les autres. Tous les ans, il y a des accidents du fait de personnes totalement inconscientes.

Par ailleurs, même si pour les passages délicats, la sécurité est assurée en été par les pompiers et la gendarmerie, il faut toujours respecter les règles de sécurité de base, et notamment le port obligatoire du gilet de sauvetage. Considérez aussi que les difficultés varient en fonction du niveau d’eau, lequel peut changer rapidement, même en été lors de gros orages.

Les rochers et cailloux sont fréquemment glissants. Portez toujours une bonne paire de chaussures pour limiter les risques de glisse.

L’entrée dans les Gorges

Après le passage sous le Pont d’Arc, magnifique Arche Naturelle de 60 mètres de haut, vous entrez dans le célèbre canyon creusé au fil du temps par l’Ardèche ainsi que dans la Réserve Naturelle des Gorges de l’Ardèche. Pour protéger cet environnement exceptionnel, un règlement spécifique s’applique qui interdit notamment le camping sauvage. Chacun d’entre nous doit impérativement respecter ce merveilleux environnement.

Superbe spectacle. C’est le rocher de la Cathédrale, célèbre pour sa forme caractéristique. C’est vraiment grandiose.

La sortie des Gorges

A vous maintenant de vous laisser tenter. Venez en Ardèche et descendez les Gorges de l’Ardèche en canoë, en kayak ou en barque. C’est vraiment fantastique.

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, janvier – décembre 2010
Texte de la voix off pour le DVD
« Les Gorges de l’Ardèche et l’Ardèche Méridionale »
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com

La route touristique

Introduction

 Le canyon des Gorges de l’Ardèche s’étend sur environ 32 km, entre Vallon Pont d’Arc et Saint Martin d’Ardèche.

La première partie vous fera visiter les Gorges par la route touristique, situé en haut de la corniche. Elle permet de bénéficier des nombreux points de vue fantastiques depuis les belvédères.

En seconde partie, nous descendrons avec vous les gorges en Canoë et en kayak. L’expérience est inoubliable.

La 3ème partie présentera les sites, grottes, avens, musées, châteaux, parc animaliers, et autres curiosités que nous vous recommandons de visiter.

Dans la 4ème partie nous emprunterons différents sentiers de randonnée situés sur les corniches, comme le fameux GR-4, ou serpentant au fond des canyons.

La 5ème partie vous fera visiter plusieurs magnifiques vieux villages entourant ces gorges ainsi que des villages classés villages de caractère.

En bonus, vous participerez au marathon des Gorges, une course internationale ouverte à tous qui a lieu tous les ans à la Toussaint.

Vous découvrirez aussi qu’en hiver on fait du ski de piste en Ardèche et que les domaines réservés au ski de fond sont très nombreux.

Embouchure du Rieusset

Les gorges forment un véritable canyon d’une trentaine de kilomètres creusé dans le plateau calcaire entre Vallon-Pont-d’Arc et Saint-Martin-d’Ardèche.

La route touristique des Gorges de l’Ardèche est une route panoramique à travers la garrigue reliant ces deux villages. Elle offre un spectacle grandiose.

L’arche du Pont d’Arc

De nombreux méandres en constante évolution bordent les gorges de l’Ardèche. Dans chaque méandre, la rivière érode la rive extérieure alors qu’elle dépose des alluvions sur la rive intérieure. Les méandres sont alors de plus en plus resserrés, comme celui de la Madeleine ou du Pas du Mousse. Dans un stade ultime, la rivière court-circuite la boucle initiale, comme au Pont d’Arc où c’est actuellement la route qui parcourt l’ancien méandre, le cirque d’Estre.

Le Pont d’Arc, arche naturelle de plus de 60 m de hauteur, est site classé depuis 1982.

Deux plages permettent d’accéder à sa partie amont et à sa partie avale. Vous pourrez bien sûr vous y baigner.

Chames

Prenez le temps de vous arrêter au très charmant tout petit hameau de Châmes. Ce sont les dernières habitations avant le rétrécissement des Gorges.

Le Cirque de Gaud

  Les Gorges de l’Ardèche sont classées en Réserve Naturelle Nationale depuis 1980 dans le but de protéger les milieux naturels, les espèces de faune et de flore ainsi que les patrimoines culturels qui font leur richesse mais aussi leur fragilité. Une règlementation spécifique s’applique dans la Réserve : interdiction de prélever des espèces, pas de dérangements ni pollutions, maîtrise de l’impact des activités notamment sportives et touristiques et autres règles spécifiques

Le Rocher d’Aurtridge

Site mythique, ces gorges constituent, au-delà de la découverte de la Grotte Chauvet, une référence, une icône pour tout un département.

La Dent de Rez, la Reserve Naturelle des Gorges de l’Ardèche, le site classé du Pont d’Arc, le Grand Site d’Orgnac, la Grotte Chauvet, les nombreux villages de caractère et autres vieux villages, peu de régions au monde présentent un tel condensé de richesses naturelles et culturelles.

Le Belvédère de la Cathédrale

L’ensemble des Gorges de l’Ardèche, Pont d’Arc et Dent de Rez a été reconnu dès 1998 comme site d’intérêt communautaire et ainsi inclus au réseau Natura 2000, permettant d’intégrer la gestion environnementale à la vie locale.

La mer Méditerranée ne se trouvant qu’à 130 km de la partie méridionale de l’Ardèche, dans laquelle se situent les somptueuses gorges, celles-ci bénéficie donc d’un ensoleillement très important, ce climat favorisant une végétation de type méditerranéenne où s’épanouissent pins, garrigue et chênes verts.

Le Cirque des Templiers

La forêt couvre 31% du département. La densité de la population (50 habitants par kilomètre carré) y est de moitié inférieure à la moyenne nationale, laissant une très large place à de magnifiques paysages.

Les rares précipitations peuvent être violentes, de grandes quantités d’eau tombant en très peu de temps.

Le Belvédère du Ranc Pointu

La formation des gorges a commencé il y a 20 millions d’années avec la formation des Alpes, entraînant le soulèvement du rebord du massif central. L’encaissement principal s’est produit il y a environ 5 millions d’années avec l’assèchement presque total de la Méditerranée. Ensuite, le soulèvement des plateaux ardéchois et l’érosion ont progressivement façonné l’Ardèche telle qu’on la trouve aujourd’hui. 

Les eaux de pluie, acidifiée par la présence de gaz carbonique dissous, attaquent la roche calcaire en dissolvant les carbonates qui la compose. Les surfaces déchiquetées qui en résultent sont appelées lapiez ou lapiaz .

© Aja Barbo Gruden
Ardèche, janvier – décembre 2010
Texte de la voix off pour le DVD
« Les Gorges de l’Ardèche et l’Ardèche Méridionale »
Voir les autres vidéos sur : www.ardechevideo.com